1 décembre 2017

A QUAND L’ENTREPRENEURIAT CULTUREL ET ARTISTIQUE AU BÉNIN ?

crazymusik

No Comments

A QUAND L’ENTREPRENEURIAT CULTUREL ET ARTISTIQUE AU BENIN ?

L’impact des technologies n’a pas laissé vierge le domaine culturel ni artistique dans la révolution des choses. Aujourd’hui les différents artistes disposent de toute une multitude d’instruments et de matériels professionnels leur permettant de rendre efficaces et plus productifs leurs travaux d’art. Dans un tel univers artistique qui se modernise, les artistes se servent sinon s’appuient sur leurs richesses culturelles pour offrir des œuvres tradi-modernes au public qui consomme selon ses goûts et son attachement. Ainsi l’artiste, qu’il soit dans l’art oral, l’art sculptural, l’art écrit, l’art physique ou matériel ou tout autre, l’artiste est assoiffé de mieux produire pour mieux satisfaire son public.

Dans de nombreux pays, dans ces conditions, l’art se suffit et l’artiste devient dépendant uniquement de lui et dispose des qualités de leader dans sa société. Grâce à la professionnalisation de son travail, l’artiste devient suffisant pour se prendre en charge et miser sur ses potentialités pour entreprendre. Cet entrepreneuriat que nous qualifions d’artistique permet à l’artiste de ne plus attendre des aides extérieures comme un paysan attend la pluie pour ses semences. L’entrepreneuriat culturel et artistique permet à tout acteur culturel de capitaliser des revenus dans l’unique but de se suffire et de se rendre indépendant. Ce leadership, plusieurs acteurs culturels et artistiques de nombreux pays l’ont adopté et sont capables d’organiser avec leurs propres moyens des spectacles pour célébrer leur art et pour faire découvrir et faire consommer leurs œuvres artistiques.

Au Bénin, les choses tardent bien à décoller. Alors que les artistes s’échinent encore à mieux faire consommer leurs produits, ils sont toujours et encore à la quête des moyens pour se suffire et s’auto-produire. La situation est bien noire. Le sculpteur ou le dessinateur débute avec de maigres moyens et s’essouffle très vite en recherchant des appuis financiers d’’une puissance extérieure qu’il ne trouvera pas très vite. L’artiste chanteur au Bénin se cherche toujours un producteur, un manager, un staff technique et se confond dans la déception car il ne trouve aucun soutien malgré ses talents. L’artiste écrivain est à la recherche constante de maisons d’éditions qu’il ne trouve parfois après des rejets sur rejets. Les exemples sont multiples. Le secteur culturel est en retard et souffre d’une dépendance symptomatique. Tous les artistes presque, sont à la quête perpétuelle d’une aide extérieure. Dans le lot, ceux qui ont la chance ou la fortune de vite comprendre les réalités et se jettent dans une autoproduction, sont remerciés par la nature qui leur assurent une avance malgré tout.

L’entrepreneuriat culturel est bien vaste et implique beaucoup de choses. Alors que les artistes de nombreux pays même africains sont déjà dans le social en train d’aider les démunis et les pauvres, alors que ces artistes organisent tout seuls leurs propres spectacles, alors que ces artistes contribuent fortement au PIB de leur pays, ici au Bénin c’est le contraire. Ce sont les artistes qui quémandent, font toutes les révérences au Ministère pour avoir des appuis et des fonds d’aide. On a parlé de milliard culturel et j’en passe.

A quand le leadership artistique ? A quand l’auto prise en charge artistique ? A quand l’entrepreneuriat artistique au Bénin ? Nos artistes devraient se pencher sur la question ! J’essaie d’apporter ma réponse en proposant que nos artistes aient d’autres sources de revenus personnels à mettre au service de leurs talents artistiques afin de révolutionner l’art. oui je propose et j’y tiens : une ART-REVOLUTION car le 21ème siècle est le siècle des révolutions. Artiste béninois, révolutionne tes manières, sois entrepreneur de tes talents, sois leader et prend ta carrière en charge.

 

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
1

Laisser un commentaire